Premier cas de triche à la montre connectée

On savait déjà que les calculettes et les smartphones pouvaient être des éléments aidant les élèves à tricher lors des examens. Ils sont du coup particulièrement surveillés voire interdits dans les salles des épreuves. Mais l’arrivée des montres connectées (et des objets connectés dans leur ensemble) va poser de nouvelles questions et surtout devenir un défi de taille pour les surveillants et l’éducation nationale. Avec le web à portée de clic au poignet, et des applis permettant d’obtenir facilement des informations stockées, les smartwatchs peuvent poser problème. La preuve avec un élève de l’école de commerce genevoise Aimée-Stitelmann qui est le premier à s’être fait prendre.

Les faits se déroulent en Suisse près de Genève et sont relatés par le Figaro. Le surveillant a remarqué que l’élève était accroché à sa montre, mais visiblement il n’aurait même pas réussi à se connecter. Cela ne l’empêchera pas d’avoir la note minimale et d’être sanctionné pour tentative de fraude. De quoi décourager d’autres tricheurs potentiels ?

sony smartwatch 3